Maladroit ou dyspraxique?

Qu’est-ce que le trouble développemental de la coordination (TDC), aussi nommé trouble de l’acquisition de la coordination (TAC), et même la dyspraxie?

Le TDC se traduit par un trouble, plus ou moins sévère, de la planification et de la coordination des mouvements nécessaires à l’exécution d’une action volontaire (1). Il s’agit d’un trouble spécifique affectant le développement des habiletés gestuelles ayant un impact sur les AVQ, les apprentissages et parfois sur le développement social (2). Depuis quelques années, la terminologie pour identifier ce trouble a fait l’objet de modification. Appelé auparavant dyspraxie, puis trouble d’acquisition de la coordination (TAC), il serait actuellement admis d’utiliser le terme Trouble développemental des coordinations (TDC) (3). Selon certains auteurs, il y aurait trois profils de dyspraxie soit, la dyspraxie idéomotrice, dyspraxie visuospatiale / visuo constructive et un type mixte avec présentant des difficultés associées aux deux troubles précédents avec troubles comorbides (4). La dyspraxie idéomotrice fait référence à une difficulté significative d’effectuer les gestes pour manipuler un objet. La dyspraxie visuo constructive est liée aux difficultés d’assemblage et de construction. Il existe d’autres types de dysfonctions comme les dyspraxies idéomotrices, visuospatiale, bucco-linguo-faciale. Il y aurait plus de garçons atteints de ce trouble et la prévalence serait autour de 6% de la population (2) (4). 

Symptômes fréquents

  • Maladresse motrice
  • Retard du développement de latéralisation (droite/gauche)
  • Retard du développement moteur (marche, attraper d’un ballon, etc.)
  • Facilement en perte d’équilibre
  • N’aime pas participer à des activités sportives
  • Difficulté à tenir un crayon ou un ciseau
  • Écriture ardue, désorganisée et peu claire
  • Difficulté à faire des dessins géométriques
  • Difficulté à assembler des blocs Lego, à faire des casse-têtes

Évaluation et intervention

L’évaluation du TDC consistera tout d’abord à considérer l’histoire développementale. Des épreuves de motricités fines puis du traitement de l’information visuo spatiale seront également faites. Les interventions pour la dyspraxie (ou TDC) pourront inclure des adaptations scolaires dans le cadre d’un plan d’intervention individualisé (PII), d’un suivi en ergothérapie ou d’un soutien en orthopédagogie afin de déterminer des meilleures stratégies pour faciliter les apprentissages de l’enfant. Il pourra alors développer des outils compensatoires et utiliser des aides techniques comme l’ordinateur pour faciliter l’écriture, mais également des adaptations pendant les cours d’éducation physique.

Références 

1. INSTITUTTA. [En ligne] https://www.institutta.com/.

2. Mazeau, M. et Pouhet, A. Neuropsycghologie et troubles des apprentissages chez l'enfant: Du développement typique aux « dys-». s.l. : Elsevier Masson, 2014.

3. Habib, Michel. La constellation des dys: Bases neurologiques de l'apprentissage et de ses troubles. s.l. : De Boeck Supérieur, 2015.

4. Vaivre-Doucet, L., et al. Identification de critères diagnostiques des sous-types de troubles de l'axquisition de la coordination (TAC) ou dyspraxie développemental. B.J.N. 2011, Vol. 59, 8, pp. 443-453.

  • Dr Raby Bouras
  • À propos de l'auteur

    Dr Raby Bouras, Ph. D. est neuropsychologue clinicien, membre de l’Ordre des psychologues du Québec depuis 2007, et de l’Association québécoise des neuropsychologues (AQNP) depuis sa création.

Suivez-nous pour rester à l'affût du monde de la psychologie

Mesure de sécurité pour prévenir le Covid 19