Immaturité ou déficience?

Qu’est-ce qu’une déficience intellectuelle?

La déficience intellectuelle (DI) est un trouble qui apparaît dès la jeune enfance, et fait référence à des difficultés sévères et permanentes à l’acquisition des comportements et apprentissages qui sont nécessaire pour vivre de manière autonome. Plus spécifiquement, la DI se caractérise par une atteinte sévère et permanente du fonctionnement intellectuel et des comportements adaptatifs (1). En ce sens, les personnes atteintes d’une DI rencontrent des obstacles majeurs au niveau des compétences sociales, du respect des normes sociales, de l’autonomie au quotidien, de la capacité à s’occuper de soi-même dans la vie courante, et à s’adapter à son environnement. Pour les enfants âgées de moins de cinq ans, l’appellation de Retard Global de Développement (RGD) est employée, avant qu’un diagnostic formel de DI soit posé après son entrée scolaire

Les causes de la déficience intellectuelle sont très variables, elle peut être sans origine connue, ou même s’inscrire comme manifestation d’un syndrome génétique. Les causes peuvent survenir lors de la période pré, péri ou post-natale. En d’autres termes, elles peuvent survenir à différents moments dans le développement d'une personne et ce, dès le développement intra-utérin. La DI peut s’accompagner de plusieurs autres conditions telle que;  l’épilepsie, un trouble de comportement, un trouble du spectre de l’autisme (TSA), une dyspraxie, ou au contraire par des forces/talents particuliers chez l’individu. 

Trois types de DI sont distinguées; la DI légère, la DI modéré et la DI sévère. Les caractéristiques de la déficience intellectuelle seront différentes selon le syndrome, et engendrent des profils distincts d’une personne à l’autre. En d’autres mots, deux personnes présentant une DI de la même sévérité peuvent être complètement différentes l’une de l’autre. D’où l’importance de clarifier le profil cognitif, adaptatif et scolaire de chaque individu par une évaluation neuropsychologique afin de bien les orienter et les soutenir.

Symptômes fréquents

  • Délais majeurs dans l’acquisition des jalons développementaux (langage et/ou moteur)
  • Délais majeurs dans l’acquisition  et la maîtrise de la propreté
  • Des écarts significatifs entre les habiletés de l’individu et celles de ses pairs qui s’accentuent avec chaque nouvelle année
  • Difficultés majeures au niveau des apprentissages, et ce, dès son entrée au préscolaire
  • L’individu semble incapable de maîtriser les différents concepts académique
  • Tout dépendant de la sévérité de la DI (i.e. légère, modéré ou sévère), l’individu dépend d’une autre personne pour l’habillage, ses déplacements, l’alimentation, l’intégration sociale, l’intégration professionnelle, etc.

Évaluation et intervention

L’évaluation neuropsychologique aura comme objectif de statuer si l’enfant, l’adolescent ou l’adulte présente un fonctionnement au niveau de la déficience intellectuelle, c’est-à-dire équivalent ou en dessous du 2ème rang centile dans la population. On doit également observer une atteinte significative aux comportements adaptatifs, c’est-à-dire les habiletés nécessaires pour s’entendre avec les autres et prendre soin de soi.Avec ces informations, il sera entre autres possible d’établir la sévérité de la DI (légère, modérée ou sévère). 

L’évaluation servira aussi à décrire le profil cognitif de la personne, les sphères les mieux développées et les déficits les plus marqués. Ces caractéristiques nous permettent de diriger les pistes d’intervention et l’orientation scolaire ou professionnelle en fonction des forces sur lesquelles s’appuyer et des difficultés à éviter.

Malgré la nature persistante de ce trouble, il est important d’offrir aux enfants, aux adolescents et aux adultes qui ont une DI du soutien qui leur permettra d’évoluer, de s’outiller et d’apprendre à optimiser leurs forces pour exprimer leur potentiel.

Références 

1. American Psychiatric Association Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders-fifth edition (DSM-5). American Psychiatric Publishing 2013, pp. 33-41.

  • Dr Raby Bouras
  • À propos de l'auteur

    Dr Raby Bouras, Ph. D. est neuropsychologue clinicien, membre de l’Ordre des psychologues du Québec depuis 2007, et de l’Association québécoise des neuropsychologues (AQNP) depuis sa création.

Suivez-nous pour rester à l'affût du monde de la psychologie

Mesure de sécurité pour prévenir le Covid 19