Commotion cérébrale?

Qu’est-ce que le traumatisme cranio-cérébral (TCC)?

Le traumatisme craniocérébral (TCC) est une blessure subie au niveau du cerveau qui engendre une perturbation du fonctionnement du système nerveux intracrânien. Ce traumatisme résulte habituellement d’un impact provoquant un mouvement du cerveau à l’intérieur de la boîte crânienne en le secouant. Dépendamment de l’impact ou accident survenu, le mouvement intracrânien peut être d’avant-arrière, de gauche à droite ou en rotation. Ce choc (et les chocs successifs suivant le premier) du cerveau contre la paroi interne, endommage les surfaces et cellules cérébrales pouvant provoquer un changement momentané de l’état de conscience de la personne pouvant varier d’une légère confusion à un profond coma. La gravité et durée des symptômes dépendent du degré du traumatisme cranio-cérébral subi; léger, modéré ou sévère. Les séquelles du traumatisme varient donc entres autres selon le degré de gravité de l’accident, mais aussi selon l’âge de la personne affectée, la zone du cerveau touchée, les traumatismes antécédents survenus et leur récupération, etc. 

Les commotions cérébrales sont des impacts moins puissants que le traumatisme cranio cérébral dit modéré à sévère. Elles sont souvent associées aux activités sportives. Elles peuvent avoir des répercussions sur le fonctionnement cognitif tant chez l’adulte que chez l’enfant. Bien qu’il soit actuellement impossible de prévoir la durée et la sévérité de l’impact, une évaluation neuropsychologique devient pertinente afin d’en mesurer la gravité et ainsi pouvoir proposer les meilleures interventions et adaptations scolaires. 

  

Symptômes fréquents :

  • Confusion ou perte de conscience 
  • Maux de tête
  • Perte d’équilibre ou étourdissements
  • Fatigabilité
  • Problème de concentration
  • Problème de mémoire
  • Impatience
  • Irritabilité
  • Apathie

Évaluation et intervention :

L’évaluation d’un traumatisme cranio-cérébral ou de la commotion cérébrale doit considérer le fait que les séquelles résiduelles seront différentes d’une personne à une autre. En plus de l’évaluation médicale, il est donc important de procéder à une évaluation neuropsychologique complète permettant de constater les séquelles suivant l’accident mais aussi de mettre en relief les forces et aptitudes n’ayant pas été affectés par le traumatisme. Cela permettra aussi de documenter la rééducation.

  • Dr Raby Bouras
  • À propos de l'auteur

    Dr Raby Bouras, Ph. D. est neuropsychologue clinicien, membre de l’Ordre des psychologues du Québec depuis 2007, et de l’Association québécoise des neuropsychologues (AQNP) depuis sa création.

Suivez-nous pour rester à l'affût du monde de la psychologie

Mesure de sécurité pour prévenir le Covid 19